jeudi 31 janvier 2013

Exposition à Aix

Raymond Poïvet, le pionnier de la Bande Dessinée

Du 18 mars au 5 mai
Office de Tourisme
300 avenue Giuseppe Verdi
04 42 16 11 61
Du lundi au samedi, de 8h30 à 19h
Le dimanche de 10h à 13h et de 14h à 18h
Entrée gratuite




Parcours dans l’œuvre du maître, du classicisme d’après-guerre à l’expérimentation d’auteur.
Montrée dans un premier temps à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et l’Image d’Angoulême, l’exposition est présentée à Aix-en-Provence dans une version sélective.



vendredi 25 janvier 2013

Allo DMA !

 Publication d'une aventure de Guy Lebleu (Charlier/Poïvet)


 Les éditions Sangam republient Allo ! D.M.A. une aventure de Guy Lebleu parue en 1961.


Cet album est accompagné d'un dossier signé Gilles Ratier et Hervé Cannet aidés par Dominique Poïvet.
Une contextualisation de l'épisode ainsi que de nombreux dessins inédits.


lundi 21 janvier 2013

vendredi 18 janvier 2013

Faust

 Faust, l'album perdu de Raymond Poïvet


Vers 1984-1985, Rodolphe, alors jeune scénariste de bande dessinée, imagine pour une maison d'édition aujourd'hui disparue, une adaptation du mythe de Faust que Raymond Poïvet (déjà auteur avec Marc David d'une belle Flûte enchantée ) illustre. Rodolphe se souvient : « Au début des années 1980, je fus contacté par un jeune éditeur dont l'originalité était de coupler albums de bande dessinée et cassettes enregistrées d'opéra. Sans doute, n'étais-je pas un amateur d'opéra particulièrement éclairé, mais j'étais flatté que l'on ait pensé à moi, et l'idée d'adaptation m'intéressait. » Et de compléter : « J'apprends que le dessinateur contacté pour mettre en images mon scénario n'est autre que Raymond Poïvet. On m'annonce cela tranquillement, gentiment, sans émotion particulière. Waaah !!! » On imagine l'émotion du scénariste apprenant qu'il va écrire pour l'immense auteur des Pionniers de l'Espérance (une série culte publiée de 1945 à 1973 dans les journaux Vaillant et Pif )…

L'éditeur faisant faillite, le temps passe sans que Rodolphe n'arrive à replacer son scénario ailleurs. L'aventure éditoriale de Faust paraît avortée… Puis, en 1999, à l'âge de 89 ans, le grand Raymond Poïvet - alias « le Maître » comme l'appelaient ses disciples de l'Atelier 63 - disparaît. L'histoire de Faust, l'album maudit, aurait pu s'arrêter là. Mais c'est sans compter sur Dominique Poïvet, le fils du dessinateur, qui, un jour de rangement dans la demeure familiale, découvre sous un lit un paquet de planches sans texte, rangées là pour les aplatir après un trop long séjour dans un rouleau. Recherches faites, il découvre de quel projet inédit il s'agit, contacte Rodolphe et lui annonce la bonne nouvelle : « Si les miracles existent, confie le scénariste, je suis tout particulièrement sensible à celui-ci. L'idée de cet album oublié, perdu, jamais publié, dégageait un parfum d'ingratitude et d'abandon. Cette publication tardive mais enthousiaste rend justice à celui qui fut pour moi tout à la fois un des grands pourvoyeurs de rêves de mon enfance, et le co-auteur pour lequel j'ai nourri la plus grande et respectueuse admiration… » Jolie pirouette de l'histoire.


 Voici donc l'album Faust de Rodolphe et Raymond Poïvet, enfin publié grâce à la persévérance d'un scénariste reconnaissant, d'un fils passionné par l'œuvre paternelle, et d'un éditeur enthousiaste, Vincent Bernière. Pour ce faire, le scénariste a dû retravailler les textes. Comme il nous l'a confié : « Les pages du scénario original commençaient à s'effacer, certains textes manquaient. J'en ai profité pour améliorer ma copie, reprendre certains dialogues. » De la même façon, un long et méticuleux travail a été entrepris sur les planches du maître qui étaient restées muettes : le graphiste Éric Brocherie a ainsi imaginé bulles et lettrages à la façon de Poïvet en s'inspirant de ses formes et de son écriture afin de les compléter… Il en résulte un bien bel album, encore plus attachant lorsqu'on connaît sa singulière histoire.
(Brieg F. Haslé)

jeudi 10 janvier 2013

Expo à Odyssud (Toulouse)

Poïvet un maître du dessin à Odyssud

Exposition.
Du 01/12/2009 au 19/12/2009

Ses amis dessinateurs, ses collègues du journal « Vaillant » l'appelaient « Maître » parce qu'il était capable de tout dessiner. Raymond Poïvet était l'égal des grands Américains (dont Alex Raymond qu'il admirait) et le dernier dessinateur de BD de formation classique (Il s'était formé à la peinture pendant 7 ans).

De cet artiste injustement oublié, Odyssud expose les dessins de mode, les craquantes illustrations de romans sentimentaux, les planches de labande dessinée « Les Pionniers de l'espérance », série célèbre à l'époque, et quelques autres œuvres témoignant de son incroyable talent et polyvalence

« Homme modeste, silencieux, attentif aux autres et très disponible », Raymond Poïvet est entré en BD un peu à reculons. De par sa formation, il aurait aimé se consacrer à la peinture ou ,à son rêve, le cinéma.

« Au sortir de la guerre, il était en pleine possession de ses compétences. Mais le choix des débouchés était restreint » explique son fils Dominique. Cette frustration ne l'a cependant pas empêché de connaître un énorme succès avec « Les pionniers de l'Espérance », une bande dessinée poursuivie pendant un quart de siècle et dont la parution avait débuté à la fin de l'année 1945, dans l'hebdomadaire « Vaillant ». Publication du Parti Communiste destinée aux jeunes, cette série de science-fiction véhicule des idées antiracistes et anticolonialistes.

« Le jardin fantastique », l'un des épisodes des « Pionniers », paru en 1953, transpose les aventures des héros au 50e siècle de notre ère, dans un univers froid et technologique, où ils évoluent dans un cosmos robotisé et mécanisé. Prémonitoire. Son passage à Pilote de 1961 à 1967, libère la technique de Raymond Poïvet.

À l'époque de l'underground (1 968) de « Métal Hurlant », de l'»Écho des savanes », il élabore « Allô, il est vivant », un récit muet qui préfigure Moebius.


« L'échiquier cubique » est considéré comme son chef-d'œuvre et son volume le plus personnel. L'artiste y révèle sa pensée ainsi que sa vision de la vie et de la société. L'exposition rétrospective d'Odyssud présente également de magnifiques dessins de figures mythologiques au féminin : Pasiphaé, Judith et Holopherne, la reine de Saba… exécutés à la fin de sa vie. Raymond Poïvet est mort à 89 ans en 1999. Sur son lit d'hôpital il dessinait encore.










Exposition Raymond Poïvet, maître graphomane à Odyssud (4, avenue du Parc à Blagnac) jusqu'au samedi 19 décembre inclus.

Annie Hennequin
(Publié le 01/12/2009, guide du Tourisme grand Sud)



mardi 8 janvier 2013

Un documentaire disponible en ligne

Raymond Poïvet, croquis d'un artiste

 

Documentaire réalisé par Marc Rouchairoles, grand spécialiste de la vie et de l'œuvre de Raymond Poïvet.

 

2003 - 26 mn
Réalisateur: Marc Rouchairoles
Producteur / Coproducteur : Equipe MONAC.1 et Heure Exquise !
Scénario : Marc Rouchairoles
Image : Jean-Louis Accettone
Son : Frédéric Marquilly et Frédérique Pol
Montage et mixage : Jean-Louis Accettone
Conformation : Audrey Horie
Composition sonore : David Hazebroucq
Banc titre animé : Benoît Razy
Distribution : Heure Exquise !





Le documentaire



mercredi 2 janvier 2013

Quai des bulles

Exposition « Faust, l'album perdu de Raymond Poïvet » présentée au Festival Quai des Bulles 2007


À l'occasion du festival Quai des Bulles, les visiteurs du rendez-vous de Saint-Malo ont pu visiter une exposition très réussie consacrée à cet album présentant de nombreuses planches originales saisissantes par leur beauté et leur maîtrise graphique. L'occasion pour nous d'en discuter avec Rodolphe, visiblement ému de voir cet ouvrage enfin publié, et de rencontrer Dominique Poïvet qui nous a narré combien la demeure de son père recèle ainsi de croquis, de dessins, d'esquisses… dans les recoins les plus inattendus. Une anecdote parmi d'autres : « J'ai ainsi découvert récemment, dans une grange, des esquisses totalement inédites au fond d'une vieille caisse à outils ! Mon père ne cessait de dessiner, partout, et tout le temps ! "